Saviez-vous que selon une étude de l’institut Florian Mantione, 29% des candidats s’attribueraient des diplômes différents de ceux qu’ils possèdent. 

Face à la falsification des diplômes de plus en plus courante et suite à la réforme sur les blocs de compétences, les universités françaises ont fait le choix des digital credentials pour certifier, dématérialiser et délivrer de manière pérenne les diplômes de leurs étudiants. 

Qui sont ces universités pionnières qui ont fait le choix des open badges et des digital credentials pour les certifications de leurs diplômés ? BCdiploma vous donne une liste de ces écoles innovantes et vous explique comment elles tirent parti de ces technologies.

Les digital credentials et les open badges : c’est quoi ?

Définitions

Les digital credentials sont des attestations ou certificats numériques délivrées par une institution : diplômes, compétences, transcripts…

Les open badges sont plus spécifiques : ce sont des digital credentials qui valorisent et attestent la maîtrise de compétences (des “soft skills”). Ce sont en quelque sorte des micro digital credentials.

Par exemple, dans le cadre des récentes réformes de la formation, les universités doivent, en parallèle des UV, organiser le parcours des étudiants en différents modules : les blocs de compétences. Chaque bloc atteste de la maîtrise d’une compétence relative à une activité professionnelle et peut être certifié avec un open badge. Une fois l’ensemble des blocs de compétences validés, l’étudiant pourra se voir attribuer un digital credential pour son diplôme.

Open badge

A quoi ça sert ?

Les digital credentials permettent aux étudiants de recevoir une attestation de diplôme ou de compétence pérenne.

En plus d’être stockées plus facilement qu’un document papier, lorsqu’elles reposent sur la technologie blockchain, les attestations numériques ou digital credentials sont infalsifiables, vérifiables et sécurisées.

Par nature, toute donnée entrée sur la blockchain est impossible à modifier. Les digital credentials construits sur la blockchain permettent ainsi d’éviter la fraude au CV ou au diplôme qui est un enjeu crucial pour les recruteurs et les écoles.

L’adoption exponentielle des digital credentials

En 2020, l’IMS Global Learning Consortium (ONG mondiale) et Credential Engine décomptaient dans leur rapport 43 363 239 badges émis dans le monde en 2020. C’est une augmentation de 80% en 1 an et demi !

En France, des réseaux se sont formés et des initiatives se sont lancées pour favoriser le développement des open badges :

  • “Reconnaître-Open Recognition Alliance » en 2018 ;
  • La plateforme “Les apprenants agiles” portée par le réseau des Ateliers de Pédagogie Personnalisée (APP) en 2018 ;
  • Le réseau B.O.A.T « Badges Ouverts à Tous – Reconnaître en Nouvelle-Aquitaine” en 2019.

En plus de se développer dans les universités, les open badges et digital credentials se développent aussi en entreprise comme chez le géant IBM qui a complètement intégré les digital credentials à son dispositif de formation continue des employés.

1 – L’université Caen Normandie, un institut pionnier dans la délivrance d’open badges

L’université de Caen Normandie est très avancée dans le domaine de la micro-certification : elle développe en interne des open badges pour ses formations depuis 2016. 

Son objectif est de valoriser les compétences propres des étudiants et ainsi de les motiver dans leur parcours scolaire pour éviter le décrochage. Depuis la réforme sur les blocs de compétences, l’université de Caen Normandie utilise aussi les open badges pour certifier les compétences acquises lors des formations composant les différents modules du diplôme.

2 – emlyon business school et BCdiploma, une association gagnante pour démocratiser les digital credentials

emlyon business school est la première école de commerce française à avoir adopté les digital credentials 100% blockchain pour délivrer des attestations numériques de diplôme à ses étudiants.

Ce dispositif généralisé depuis 2020 permet aux étudiants, en complément du diplôme papier, de présenter tout au long de leur vie un digital credential pour attester de leur diplôme partageable sur tous les supports numériques : CV, mail, Linkedin et autres réseaux sociaux.

Pouvoir prouver l’authenticité de son diplôme grâce aux digital credentials blockchain est ainsi un gage de confiance et un gain de temps administratif pour les recruteurs.

exemple de digital credential d'emlyon business school

Voir un exemple de digital credential d’emlyon business school

3 – Arts et Métiers Paristech fait le choix de la certification blockchain

La plus grande école d’ingénieurs de France est une référence en matière d’innovation et en numérisation.

Diplôme dématérialisé Arts et Métiers

Arts et Métiers Paristech a choisi de dématérialiser ses diplômes avec BCdiploma pour :

  • optimiser ses processus administratifs ;
  • dématérialiser les documents pour un accès et une utilisation immédiate des données ;
  • sécuriser les données des étudiants.

Actuellement, Les Arts et Métiers Paristech utilise la certification blockchain pour les attestations des diplômés depuis la promotion 2016.

4 – L’université de Nantes, les digital credentials au service des alumnis

L’IAE Nantes – Economie & Management certifie les diplômes de ses étudiants avec BCdiploma depuis 2017 : elle rend directement les attestations disponibles sur sa plateforme d’alumni AlumnForce.

AlumnForce est la première plateforme d’alumnis à proposer le service blockchain de BCdiploma pour que les diplômés trouvent directement sur la plateforme leurs diplômes et attestations sous un format numérique, infalsifiable et multilingue.

La valeur ajoutée du service est sans équivoque : pour l’université de Nantes, l’utilisation des digital credentials de BCdiploma en 2018 s’est accompagnée d’une hausse de 20% des inscriptions sur la plateforme Alumnforce.

exemple de digital credential de l'IAE de Nantes

5 – L’université de Bordeaux : 6 open badges pour valoriser les étudiants

Depuis 2020, l’université de Bordeaux a mis en place des open badges pour reconnaître et valoriser les expériences extrascolaires des étudiants.

Ces expériences peuvent être en lien avec les engagements des étudiants, avec des formations parallèles suivies comme des MOOCs ou encore avec des savoir-être.

Voici les six open badges pour l’instant délivrés par l’université de Bordeaux :

  • OpenMind : atteste de l’aptitude des étudiants de l’université de Bordeaux à concevoir et conduire un projet ainsi que leur capacité d’adaptation à un contexte nouveau ;
  • HackeTaFAC : atteste de la mise en œuvre d’un projet d’innovation numérique au service du campus;
  • Tremplin : atteste de l’aptitude des étudiants à définir un projet et un parcours professionnel adapté à leurs besoins ;
  • Bibliologue : atteste de la connaissance et de l’utilisation des ressources des différentes bibliothèques disponibles ;
  • BeGlobal : valorise l’engagement d’un étudiant dans une expérience internationale et certifie sa capacité à nouer des contacts et à développer des réseaux constitués d’interlocuteurs d’horizons variés ainsi que son aptitude à s’approprier des codes sociaux ou professionnels d’un environnement international ;
  • Welcome2U : développe l’entraide, le relationnel, l’altruisme ainsi que la capacité des étudiants à communiquer dans un contexte spécifique et interculturel.

6 – L’université de Suffolk en Angleterre met en place un générateur d’open badges

L’université anglaise de Suffolk a créé un générateur de badges ouvert afin de piloter la création et la délivrance d’open badges pour un certain nombre d’événements et d’ateliers organisés dans l’école.

Un étudiant qui participe à un événement de l’université peut gagner un open badge en déclarant comment il appliquera les idées de la session à son travail ou à ses études.

L’université de Suffolk a ainsi créé des open badges pour ses ateliers ponctuels comme le UCS Learning and Teaching Day, pour les compétences incluses dans ses programmes d’étude comme la danse ou encore pour ses cours de culture numérique.

7 – L’Université de Lille (France), pionnière des digital credentials à la norme Européenne

Depuis 2020, l’Université de Lille a lancé deux projets blockchain de grande ampleur. Le premier, DemattestULille, vise à fournir à l’ensemble des diplômés de la plus grande université publique française des attestations blockchain de réussite au diplôme. Le second, Fr.EBSI, à l’échelle nationale et européenne, permet de déployer ce service de Digital Credentials sur la blockchain européenne EBSI, à la norme W3C Verifiable Credentials.

Ces deux projets sont menés avec le concours des équipes de BCdiploma, sous l’impulsion et la direction de Perrine de Coëtlogon, Université de Lille, Blockchain & Open Education et Pierre Boulet, le vice-président Transformation numérique de l’Université de Lille.

attestations blockchain de réussite au diplôme

En savoir plus sur les projets blockchain de l’Université de Lille.

Les digital credentials 100% blockchain de BCdipoma

BCdiploma a développé les premiers digital credentials et open badges 100% blockchain.

Les attestations numériques blockchain de BCdiploma permettent, en plus de dématérialiser les diplômes, de les rendre accessibles tout au long de la vie des étudiants de manière sécurisée et infalsifiable.

Aujourd’hui, plus d’une centaine d’institutions de 18 pays émettent les digital credentials blockchain de BCdiploma et démontrent une réelle adhésion à cette innovation :

  • 86,5% des étudiants ont fait part du souhait de continuer à recevoir ces “blockchain digital credentials” le long de leurs futures formations ;
  • 87,1% mettent en avant et valorisent l’initiative prise par leur institution ;
  • 73,9% disent que leur attestation 100% numérique leur a été utile lors d’un entretien ;
  • Leur fonctionnalité préférée est la preuve d’authenticité incluse dans l’attestation en ligne ;
  • 81,2% recommandent les certificats BCdiploma autour d’eux.

En apprendre plus sur BCdiploma et ses digital credentials 100% blockchain