Arts et Métiers ParisTech, anciennement ENSAM… le nom ne vous est pas inconnu ! En effet, il s’agit de l’une des plus anciennes écoles d’ingénieurs, fondée en 1780 par le duc de La Rochefoucauld-Liancourt. Elle est, à date, la plus grande école d’ingénieurs française (plus de 6 000 étudiants par an) et fait figure de référence.

L’école s’est dotée d’un plan stratégique ambitieux : être un accélérateur de talents pour l’innovation et l’industrie 4.0 du futur. L’un des objectifs est de promouvoir en interne une culture de l’industrie du futur auprès des personnels et étudiants et en être les promoteurs à l’extérieur.

Pour y répondre, la DSI modernise les usages en apportant les dernières innovations à nos étudiants, personnels et entreprises partenaires. Olivier Barata, directeur de projets à la DSI d’Arts et Métiers ParisTech, nous explique ici la stratégie de l’école. En 2019, l’école a sélectionné 5 projets innovants et écoresponsables. Parmi eux, la signature électronique des actes administratifs, une application mobile de guidage intérieur au sein des campus, et la mise en place de blockchain digital credentials, à savoir l’émission d’attestations de diplômes 100% numériques et sécurisées.

Pourquoi choisir un projet de dématérialisation des diplômes ?

Avec 6000 étudiants par an, la gestion des archives, les pertes de documents académiques, les demandes de duplicata, les demandes de vérification des employeurs… sont devenues des process inutilement chronophages. De plus, nos étudiants ont besoin de leurs attestations de diplomation au plus vite après leurs jurys, et une grande partie de leur recherche de stage ou d’emploi se déroule dans un environnement numérique. Les usages de nos jeunes diplômés se modernisant, nous devons faire évoluer nos procédures de gestion avec une transformation numérique ambitieuse.”, contextualise Olivier Barata.

A quels besoins ce projet de digital credentials répond-il ?

Le choix de la solution blockchain BCdiploma répond au besoin d’optimisation des process administratifs, de dématérialisation des documents et de sécurisation des données : “Avec le stockage blockchain de nos données de diplomation, nos gestionnaires ont accès rapidement à une information sécurisée, qui n’a pas pu être modifiée et qui est directement utilisable : nous n’avons plus à nous soucier de l’archivage, de la maintenance et de l’accessibilité de ces données essentielles. Les étudiants, eux, disposent d’une attestation valable à vie, présentable sur tout support (smartphone, LinkedIn, CV, PDF, etc.), et infalsifiable : un gain immédiat pour leurs entretiens d’embauche.”, détaille Olivier Barata.

Arts et Métiers BCdiploma dématérialisation diplômes

Comment ce service s’intègre t’il à vos outils de gestion ? 

Arts et Métiers utilise les APIs de la solution BCdiploma pour automatiser la création et l’envoi des certificats. Interfacée avec l’ ERP Aurion (Auriga), la solution permet de générer, envoyer et stocker les attestations blockchain sans aucune manipulation, dès lors que les données de jury sont validées, l’information est ainsi garantie. A ce jour, nous avons certifié sur la blockchain les attestations de nos diplômés de la formation d’ingénieur généraliste des promotions 2016 à 2020 : cela représente 4000 attestations.

Le mot de la fin d’Olivier Barata

Je recommande à ceux qui souhaitent innover et offrir une pérennité des attestations de réussite à leur diplômés de faire confiance à BCdiploma dans l’accompagnement de leurs projets. Vivement demain pour que nous puissions délivrer nos diplômes officiels en version numérique en lieu et place des diplômes papier !