Vous trouverez dans cet article l’introduction du Livre Blanc du projet blockchain Dem-Attest-ULille mené par l’Université de Lille, la plus grande université publique française, qui compte près de 80 000 étudiants.

Télécharger le Livre Blanc

L’enjeu est de produire des attestations numériques de réussite au diplôme qui soient infalsifiables, bilingues et valables à vie. Pour cela, c’est la technologie blockchain qui a été choisie. Le projet est “orienté utilisateur” : il s’agit de rendre un meilleur service aux étudiants, tout en fiabilisant et en automatisant le travail des services de scolarité.

Pourquoi s’intéresser à cette nouvelle forme d’attestations numériques, appelées Digital Credentials, et produites grâce à la technologie blockchain ? 

Le projet Dem-Attest-ULille démontre qu’un projet blockchain de transformation digitale au sein d’une université est un levier puissant pour :

  • Rendre un service immédiat aux étudiants, en leur fournissant des attestations de réussite au diplôme 100% numériques, multilingues, infalsifiables, reconnus par tous et dans le monde entier ;
  • Automatiser, fiabiliser et réduire les coûts de production et de vérification des attestations académiques ;
  • Renforcer la confiance envers les institutions et les documents qu’elles délivrent, en permettant entre autres aux employeurs de disposer sans démarche de documents infalsifiables.

A l’automne 2021, plus de 16 000 attestations blockchain ont été délivrées aux diplômés de l’Université de Lille, actant la réussite de la première phase du projet.

Il est légitime de se demander “est-ce facile d’utilisation pour tous, respectueux des données privées et… de l’environnement” ?

Vous trouverez tout au long de ce Livre Blanc de nombreux témoignages et toute la documentation du projet Dem-Attest-ULille : la réponse est oui, oui et oui !

Le code des développements réalisés par l’Université de Lille pour intégrer la technologie blockchain à son système d’information est mis à la disposition de toutes les universités.

Le genèse du projet blockchain Dem-Attest-ULille

Le projet Dem-Attest-ULille, lancé début 2021 par l’Université de Lille, s’inscrit dans une triple dynamique :

  • Les travaux initiés par le Groupe de Travail GTNum 8 Blockchain Education France, financé par le Ministère de l’Education Nationale, de la Jeunesse et des Sports, Direction du Numérique pour l’Education ;
  • Les projets de transformation numérique des services de scolarité de l’Université de Lille ;
  • Le projet gouvernemental français fr.EBSI, financé par le Partenariat Européen de la Blockchain & EBSI – European Blockchain Service Infrastructure. Ce projet vise à déployer des diplômes numériques selon les nouvelles normes édictées par le W3C “Verifiable Credentials”, basé sur l’architecture blockchain de confiance déployée par la Commission Européenne.

Au cours de ses travaux, le groupe de travail Blockchain Education France a identifié que le projet le plus soutenu au niveau international concerne le travail sur les certificats ou attestations numériques (Digital Credentials) permettant de réinventer la façon dont

  • les établissements émettent les acquis d’apprentissage (diplômes et autres attestations),
  • les étudiants puis citoyens les retrouvent,
  • les employeurs et autres organismes de formation les vérifient, tout au long de la vie. 

Blockchain Education France lance alors courant 2019, avec la société Blockchain Certified Data, éditeur de la solution BCdiploma, un premier projet pilote visant à expérimenter ces “blockchain digital credentials” pour une petite population d’étudiants.  

Au sein de l’Université de Lille, l’équipe du CLES, le Certificat de compétences en Langues de l’Enseignement Supérieur, épaulée par les services de scolarité de l’Université, réussit en quelques mois l’émission d’un premier lot de 248 attestations blockchain.

Les retours des étudiants, des recruteurs et des équipes métiers sont prometteurs : tous pressentent un service à forte valeur ajoutée, aussi bien dans le service rendu que dans le potentiel de transformation digitale des process administratifs. 

Le projet de généralisation à l’ensemble des diplômes de l’Université prend forme, et est acté par le comité de direction en septembre 2020 puis par un marché public innovant signé en janvier 2021 avec Blockchain Certified Data – BCdiploma.

Le 28 mai 2021, dans son Communiqué de Presse, l’Université de Lille annonçait la mise en place d’une solution blockchain d’attestations numériques pour tous les diplômé·e·s de l’Université :

« À partir du mois de juillet, l’Université de Lille va déployer une attestation numérique de réussite pour l’ensemble de ses diplômé·e·s, grâce à la technologie blockchain.

Désormais, les étudiantes et étudiants de l’Université de Lille recevront très rapidement après l’obtention de leur diplôme un lien pour afficher une attestation numérique « à valeur probante». 

Cette attestation, hébergée sur les serveurs de l’université et reposant sur une technologie blockchain, donnera aux employeurs tous les éléments pour vérifier l’authenticité du diplôme. 

Le système sera généralisé aux 25 000 diplômes délivrés par an par l’université.

Si des expérimentations ponctuelles ont eu lieu, principalement sur des promotions réduites dans des grandes écoles, l’Université de Lille est la première en France à la déployer à une telle échelle. »

Les objectifs du projet blockchain Dem-Attest-ULille

Le projet Dem-Attest-ULille permet de mettre en œuvre un processus de dématérialisation du document PDF “Attestation de réussite au diplôme”, produit actuellement par le logiciel APOGEE, le logiciel de gestion de l’université.

Voici les objectifs définis en début de projet par Perrine de Coëtlogon, Directrice du projet Dem-Attest-ULille à l’Université de Lille, et Board Member de Open Education Global :

  • Délivrer à l’étudiant, à la place d’un PDF, une attestation numérique de réussite au diplôme “vérifiable”, c’est-à-dire dans un format 100% numérique, infalsifiable, et contenant toutes les preuves nécessaires d’authenticité et dans les meilleurs délais,
  • Lutter contre la fraude,
  • Travailler sur la modernisation des services de scolarité, avec :
    • une procédure qualité sur la production des données,
    • des traductions de l’offre et des référentiels,
    • un coût faible (surtout par rapport au papier),
  • Faciliter la mobilité étudiante et l’accès à l’emploi, en lien avec « Mon Compte Formation » et le Passeport Compétences,
  • Rendre le « diplôme » plus beau, partageable en un clic, à la main du diplômé,
  • Utiliser les atouts de la technologie blockchain ou « registre distribué » :
    • les attestations restent dans la blockchain même si le partenaire technique disparaît,
    • les données des étudiants sont chiffrées et distribuées (conformité RGPD),
  • Travailler avec les services de scolarité européens, en commençant par l’ARES belge,
  • Travailler au niveau européen et international sur l’interopérabilité de ces «certificats vérifiables».

Pourquoi choisir la technologie blockchain ?

Voici la réponse de Pierre Boulet, Vice-Président de la transformation numérique de l’Université de Lille, à la question :

Pourquoi utiliser la technologie blockchain pour les projets de dématérialisation des diplômes au sein de l’Université ? 

Nous avons commencé à nous interroger et à observer le marché en 2018. Les technologies blockchain répondent tout à fait à notre besoin, notamment en termes de sécurité, de non-falsifiabilité des diplômes, ou encore de pérennité dans le temps de ces derniers.

Des technologies décentralisées permettent de valider aisément ces diplômes émis par un grand nombre d’acteurs, dans des formats standards. Nos diplômes seront ainsi édités demain sur la blockchain européenne d’EBSI, laquelle n’est pas encore en production aujourd’hui. Nous y travaillons, dans le cadre du projet fr.EBSI.

Pour des considérations plus générales sur la blockchain, nous vous renvoyons au chapitre “Une vision française et européenne de la blockchain” du Livre Blanc “Les technologies blockchain au service du secteur public” publié par l’Université de Lille.

Qu’en est-il de la consommation énergétique de la blockchain ?

Le respect des normes les plus strictes en termes d’empreinte énergétique est l’un des prérequis du projet Dem-Attest-ULille. La solution utilisée pour l’émission des attestations numériques, à savoir BCdiploma, est capable de travailler avec plusieurs blockchains… il restait à trouver laquelle !

L’article de Pierre Boulet, “Consommation énergétique des technologies blockchain”, donne un cadre de réflexion complet :

La consommation d’énergie excessive de certaines technologies blockchains publiques comme le Bitcoin ou Ethereum ne sont pas une fatalité. Cette consommation de l’ordre de celle d’un petit pays européen vient de l’algorithme de consensus utilisé : la preuve de travail. Depuis l’apparition du Bitcoin en 2008, de nouveaux algorithmes de consensus ont été proposés qui offrent un autre compromis entre la sécurité, la décentralisation et la consommation d’énergie. Avec la migration d’Ethereum vers la preuve d’enjeu prévue [en 2022], c’est une étape très importante qui sera franchie vers des technologies blockchain moins énergivores.

Ainsi, l’Université de Lille a fait le choix de déployer ses attestations de diplômes sur la blockchain Avalanche, fonctionnant avec un protocole de “preuve d’enjeu” (PoS) et affichant une consommation énergétique 2400 fois inférieure à celle de la blockchain Ethereum dans sa version actuelle (preuve de travail, PoW).

En se basant sur les derniers travaux relatifs à la consommation des blockchains publiques PoS, on peut ainsi estimer que l’empreinte carbone de l’émission sur la blockchain d’une attestation par l’Université de Lille est d’environ 0,025g de CO2… lorsqu’il est en moyenne de 4g pour un email sans pièce jointe.

Le planning du projet blockchain Dem-Attest-ULille

Dem-Attest-ULille et le projet européen fr.EBSI

Rappelons que l’Université de Lille porte le projet français fr.EBSI visant à émettre des diplômes dans l’écosystème blockchain EBSI – European Blockchain Service Infrastructure, et que Blockchain Certified Data – BCdiploma en est l’opérateur technique.

Pour aller plus loin, vous pouvez consulter l’article “Attestations Vérifiables sur la blockchain EBSI : tout comprendre du projet fr.EBSI“.

Le travail présenté dans le Livre Blanc est une étape préalable au déploiement à grande échelle des diplômes de l’Université de Lille sur la blockchain EBSI. Plus largement, il permet de poser les bases d’une solution générique d’émission d’attestations numériques respectant les nouvelles normes européennes, dites “Verifiable Credentials”, embarquant des identifiants décentralisés d’étudiant.

Au sein de fr.EBSI, BCdiploma a déployé des interfaces pour enregistrer les attestations produites sur la blockchain EBSI, avec la prise en charge des identités décentralisées des étudiants et de l’Université de Lille. Le premier livrable du projet fr.EBSI est un service de vérification en ligne des attestations au format “Attestation Vérifiable ESSIF/EBSI” :

Essayer le service de vérification en cliquant ici

Ce service de vérification en ligne permet de vérifier si une attestation respecte le format attendu et si l’ensemble des signatures sont valides au regard des registres de confiance de la Commission Européenne (blockchain EBSI).

Le second livrable, produit par Blockchain Certified Data – BCdiploma  et cofinancé par NGI-ESSIF Lab et le programme i-Nov, sera un wallet étudiant open source d’identité auto-souveraine permettant de conserver et de présenter les diplômes obtenus. Ce wallet donnera lieu à un déploiement à l’Université de Lille. Il ouvre la porte à de nombreux projets centrés sur l’identité de l’étudiant.

Retrouvez le détail du projet blockchain Dem-Attest-ULille dans le Livre Blanc

Vous pouvez télécharger le livre blanc en cliquant ici.

Vous aurez accès aux parties suivantes :

  • Les groupes de travail du projet Dem-Attest-ULille
  • Résultats du GT “Process et qualité”
  • Résultats du GT “Modèles et données”
  • Résultats du GT “Interface métier au sein de l’E.N.T. de l’Université de Lille”
  • Architecture et flux de données
  • Enquête de satisfaction auprès des étudiants
  • A propos de BCdiploma
  • Annexes

Bonne lecture !