Les processus de recrutement actuels des entreprises privilégient encore les qualifications aux compétences, ces dernières étant plus difficiles à vérifier. Si un diplôme ou une certification atteste d’un niveau acquis et validé à un moment donné, il peut ne pas être une photographie exacte des compétences de cette même personne quelques années plus tard. Pourtant, aujourd’hui, les soft et hard skills sont au cœur des enjeux de la formation initiale et continue, d’autant plus qu’une législation récente a souligné l’importance de ces compétences dans les certifications professionnelles liées à la formation professionnelle et aux bassins d’emploi.

Les compétences sont représentatives du développement des connaissances et du savoir-faire d’un individu au cours de sa carrière professionnelle ou universitaire. En tant que telles, elles sont le reflet de l’ampleur et de la profondeur d’un cours, et des compétences informelles développées en le suivant. Dans un monde d’innovation, où les connaissances évoluent aussi vite qu’elles deviennent obsolètes, la certification des compétences peut être problématique non seulement en termes d’applicabilité et de normalisation, mais aussi de validité. Ces problèmes peuvent être résolus par des innovations, comme la technologie blockchain, qui introduit une fiabilité sans précédent dans la certification des compétences. 

Le développement de cette technologie promet en effet un nouveau passeport de compétences révolutionnaire, qui peut détailler les évaluations scolaires personnelles et spécifiques, les cours d’apprentissage en personne et en ligne, l’expérience en matière de développement de carrière, les qualifications industrielles et techniques, les évaluations dans le secteur de l’hôtellerie et de la restauration, etc.

Comment la blockchain tech peut-elle vous aider à certifier et authentifier vos compétences tout au long de votre vie professionnelle ?

Lorsque vous commencez à trouver vos marques à l’école, vous voulez savoir que chaque cours que vous suivez et chaque examen que vous passez auront de l’importance, non seulement pour obtenir votre diplôme, mais aussi dans le monde de l’entreprise. Après l’obtention de votre diplôme, vous voudrez vous assurer qu’une fois que vous aurez postulé à un poste qui vous intéresse, la direction tiendra compte de toutes les informations que vous pourrez fournir, de la formation à l’expérience.

Quel que soit le secteur qui vous intéresse, qu’il s’agisse de l’industrie alimentaire, du tourisme d’accueil ou de la gestion, les employeurs auront besoin de se faire une idée de votre domaine d’expertise. Vous êtes compétent en matière d’analyse de texte, de gestion du personnel ou d’évaluation des risques ? Êtes-vous doué pour le maintien des normes de sécurité, le travail en équipe ou la résolution de problèmes techniques ? Et comment vous situez-vous par rapport aux autres travailleurs potentiels ?

Ces informations figurent généralement sur votre CV, que les employeurs doivent prendre pour argent comptant. Mais que se passerait-il s’il existait un système, comme le Curriculum Vitae Europass à l’échelle européenne, qui normaliserait la manière dont les évaluations des travailleurs sont prises en compte par les employeurs ?

Des systèmes tels que les initiatives européennes Europass et Eures, et d’autres aussi éloignés que l’Australie et Singapour, reposent naturellement sur l’authenticité, la fiabilité et la durabilité des données qu’ils exploitent. Cependant, ces données, même dans le système Europass ou Eures, peuvent être facilement falsifiées, expirer ou être supprimées. Par conséquent, des candidats fiables peuvent se retrouver avec des documents expirés ou perdus, en concurrence avec des candidats qui mentent lors des entretiens et présentent aux RH un échantillon de documents falsifiés.

Lorsqu’il s’agit de trouver un passeport de certification, la blockchain tech offre la solution sous la forme d’un historique en ligne, crypté, consultable en permanence, inviolable, infalsifiable et semblable à un passeport, de chaque cours, apprentissage ou évaluation de travail, capacité technique ou compétence élevée. Grâce à un compte et à une connexion, le demandeur d’emploi et l’employeur peuvent vérifier la pertinence d’un historique de travail dans un secteur particulier, quel qu’il soit : hôtellerie, tourisme, industrie lourde, ingénierie, TIC, etc. Par conséquent, en se connectant simplement à la plateforme, toute personne devant évaluer vos compétences dans un domaine spécifique peut le faire de manière sûre et fiable. 

Qu’est-ce qu’un ensemble de compétences ?

Le 5 septembre 2019, un texte de loi français intitulé “Pour la liberté de choisir son avenir professionnel” a indiqué que les certifications professionnelles doivent être divisées en blocs de compétences bien définis. 

Celles-ci sont définies comme ” des ensembles homogènes et cohérents de compétences qui concourent à l’exercice autonome d’une activité professionnelle, qui peuvent être évaluées et validées “ (Code du travail), et sont enregistrées dans le Registre national des certifications professionnelles (RNCP), ou le Registre spécifique (RS) des certifications et habilitations. Ces compétences peuvent couvrir divers secteurs d’activité, du droit de l’hospitalité et du tourisme à la gestion.

Les ensembles de compétences codifiés représentent un défi majeur pour les disciplines professionnelles, ainsi que pour les organismes de formation, les entreprises et tous ceux qui ont besoin de délivrer des certifications professionnelles, car ils doivent correspondre à un échantillon des capacités demandées pour les activités professionnelles auxquelles ils s’appliquent. Si la définition des différents ensembles de compétences constitue un grand défi, elle représente également un projet majeur pour les organisations. En effet, ces organisations doivent résoudre, avec des outils adéquats, les questions de la traçabilité et de la pérennité des qualifications.

Quels sont les défis technologiques pour les institutions ?

Les ensembles de compétences ont été introduits afin de promouvoir l’employabilité des personnes à la recherche d’un emploi et de renforcer la valeur des capacités certifiées dans la vie professionnelle. La feuille de route du ministère français de l’éducation nationale est claire : la certification des compétences doit être entièrement traçable et utilisable tout au long de la vie.

Ainsi, en plus du défi que représente la modularisation des certifications professionnelles, toutes les entités qui délivrent des certifications doivent relever un défi technologique. Pour se conformer aux exigences du ministère, les organisations doivent :

  • Se doter d’outils qui garantissent la validité des certifications sur le long terme ;
  • Permettre la transférabilité d’un ensemble de compétences validées dans une formation vers d’autres formations ;
  • Capitaliser et accumuler des compétences tout au long de parcours alliant formation initiale, expérience professionnelle et formation continue ;
  • Garantir la traçabilité complète du cours et de toutes ses informations. 

(source : Ministère français de l’éducation nationale)

Il s’agit donc de fournir aux apprenants des certificats de compétence durables, facilement vérifiables et traçables, c’est-à-dire les exigences exactes auxquelles répondent les nouvelles technologies numériques. 

Micro-certifications pour valider les compétences

Les capacités définies dans les ensembles de compétences sont également au centre des préoccupations des départements des ressources humaines des entreprises qui cherchent à recruter des professionnels compétents et à développer les compétences des employés pour les aider à s’épanouir dans leur vie professionnelle. Toutefois, contrairement aux certificats d’études et aux diplômes, il est souvent difficile d’attester d’une compétence donnée sur papier, car les compétences peuvent être moins définies, moins directement vérifiables ou moins fiables.

C’est pour cette raison précise que les micro-certifications ont été créés comme un moyen de promouvoir, certifier et reconnaître officiellement des compétences très spécifiques. Le concept de micro-crédits a émergé en même temps qu’un déficit de compétences apparaissait dans le sillage des nouvelles technologies, et a rapidement pris la forme de certificats numériques, obtenus par le biais de cours en ligne ouverts et massifs (MOOC) ou délivrés par des organismes professionnels, et qui peuvent être partagés via des médias numériques.

Les micro-certifications peuvent également être appliqués aux ensembles de compétences. Chaque ensemble de compétences acquis par l’apprenant peut être certifié tout au long du parcours suivi en détaillant son champ d’application, les objectifs et compétences associés, ainsi que les moyens utilisés par l’apprenant pour les atteindre. Dès que l’apprenant valide l’intégralité de son parcours, de sa certification ou de son diplôme, il reçoit un login pour télécharger un certificat de diplôme numérique final de type passeport attestant de l’ensemble des compétences acquises.

C’est le caractère officiel des institutions qui délivrent les micro-crédits qui garantit l’authenticité des informations vérifiables instantanément. En effet, c’est exactement comme un passeport ordinaire !

Pourquoi la blockchain rend-elle ces certificats plus fiables ?

Mais, tout d’abord, qu’est-ce que la blockchain ? La blockchain est une base de données décentralisée qui stocke des informations de manière sécurisée et transparente. 

La décentralisation est importante car elle signifie que la base de données de la blockchain peut être consultée de manière cryptée par tous ses utilisateurs. Les utilisateurs sont connectés en réseau et ont tous un accès simultané à un registre contenant toutes les données de la base. Il n’y a donc pas d’organe de contrôle centralisé, puisque la technologie blockchain fonctionne grâce à ses propres utilisateurs, sans qu’aucun intermédiaire ne soit nécessaire. 

La blockchain n’a pas non plus besoin d’un tiers indépendant de confiance, car elle est intrinsèquement sûre. Les données sont inscrites de manière irréversible dans un “bloc” crypté, qu’il est impossible de modifier ou d’effacer. C’est pourquoi on parle de l’immuabilité de la blockchain. Il n’est possible d’ajouter des informations qu’en créant un nouveau bloc sur la chaîne. Toute falsification par un éventuel pirate est immédiatement détectable, et le bloc de données erroné peut donc être déclaré comme invalide dans la base de données.

Les micro-certifications numériques stockés sur la blockchain sont ainsi impossibles à modifier ou à falsifier. Les documents, les textes et les données sont ainsi plus fiables, puisque, par nature, la technologie blockchain permet un stockage totalement sécurisé des informations.

Des compétences 100% traçables, grâce à la blockchain

Grâce à la transparence de la technologie blockchain, les compétences répertoriées sur la blockchain des micro-créances sont entièrement traçables.

Ainsi, un apprenant (qu’il s’agisse d’un étudiant ou d’un professionnel) peut facilement certifier l’authenticité de l’institution qui délivre la micro-certification, la date de délivrance, ainsi que les critères et la preuve d’acquisition de la compétence. 

La blockchain devient ainsi un outil pour garantir des blocs validés sur le long terme, et permettre un processus d’acquisition de compétences traçable, sécurisé et inviolable.

Un passeport de compétences numériques durable tout au long de votre vie professionnelle

L’émergence des nouvelles technologies a entraîné un déficit de compétences numériques, et la nécessité de revenir beaucoup plus fréquemment à l’apprentissage et à l’acquisition de nouvelles compétences. Face au développement continu des technologies existantes et à l’émergence constante de nouvelles technologies, ainsi qu’aux nouvelles normes et règles de sécurité, les entreprises doivent assurer la formation continue de leurs employés, afin de les maintenir à jour et compétents dans leurs activités. 

Les données stockées sur la blockchain sont totalement durables dans le temps. Les compétences répertoriées par les micro-crédits ne peuvent être modifiées et, par conséquent, peuvent accompagner les apprenants tout au long de leur vie. Sans date d’expiration ! Dans le monde de l’entreprise, les employés peuvent démontrer leur maîtrise de nouvelles compétences en acquérant de nouvelles micro-créances. Il s’agit d’un système véritablement fiable et flexible qui garantit la reconnaissance universelle des compétences.

Nous pouvons donc dire que la blockchain et les micro-crédits basés sur cette technologie constituent un nouveau passeport numérique pour les compétences. Ils sont : plus fiables – puisqu’ils ne peuvent pas être falsifiés ; accessibles partout ; partageables partout ; et, surtout, durables tout au long de la vie et de la carrière de ceux qui les ont acquis.